Billetterie Théâtre de l'Opprimé : Réservez votre billet

King

King

  • Mer. 20 oct. 2021 à 20 h 30 au dim. 24 oct. 2021
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Elvis Presley est en pleine perdition. Il se sent en bout de course et ne croit plus en rien. Ni en sa musique, ni en sa beauté. En fait il ne croit plus en lui-même. Il est même pris de doute quant à la véracité de son identité. Est-il vraiment le King ? Victime du syndrome de l’imposteur, Elvis va rentrer dans une longue phase d’errance et traverser une réelle crise identitaire.
C’est devant le public qu’il va se questionner sur le sens de sa vie, sur ses rêves d’enfants, sur le monde et essayer de se remettre sur de bons rails. Après son errance, il va s’essayer à de nouveaux corps de métiers, faire des stages, des CAP… Mais l’absurdité de la société dans laquelle il vit aura tôt fait de le rattraper le condamnant ainsi peut être à une errance éternelle.
Je souhaite utiliser ce personnage de ringard pathétique et poétique comme un vecteur nous permettant de nous questionner sur nos angoisses, nos contradictions, nos rêves. Et aussi faire l’apologie de la lâcheté et de l’échec dans un monde où les super-héros semblent l’emporter sur tout et montrer le temps d’une représentation, toute la beauté du looser.

Nobis : le théâtre confiné

Nobis : le théâtre confiné

  • Mer. 10 nov. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Une maison de retraite, un dépôt caritatif et un immeuble se partagent une cour. Des fenêtres indiscrètes et des niches précaires habitées par de curieux personnages : Mathieu, Saïd, Théophila et Luba. Lucie leur rend visite. Ici s’entrelacent les quotidiens d’anonymes qui ne se connaissent pas, ou peu. Dans un lieu plus lointain se rapprochent deux inconnus, Belén et Nasser, dans des circonstances que tout éloigne. Un quotidien bouleversé par l’exceptionnalité de leurs situations qui efface les petits bonheurs de la vie. La solitude et la solidarité, la distance et la proximité, l’égoïsme et la générosité vont rythmer ces tranches de vie et questionner ce qui est important. En envahissant tous les espaces physiques de représentation (et du public), ils feront de nous leurs compagnons de route…

L'Appel

L'Appel

  • Mer. 24 nov. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Par leurs chants au charme irrésistible, elles attiraient les marins et les entraînaient à la mort. Les Sirènes inquiètent et fascinent à la fois, leur trait caractéristique étant l’ambiguïté.
C’est l’histoire du marin fou et de Castalia la sirène.
Ce marin a navigué pendant des années à la recherche d’une quête, d’un rêve, d’un instant. Cette quête est à la fois réelle et irréelle.
Son souhait est de la revoir, l’admirer, la voir danser…
Plus jeune, il a vu Castalia, il eut la chance de voir son corps, d’entendre sa voix. Elle lui vola un baiser. Ce jour-là Castalia n’a pas voulu l’emmener dans les profondeurs. Elle sentait que son âme avait besoin de vivre, de respirer, de naviguer.
Lors de ses voyages, elle n’était jamais trop loin de lui, elle l’accompagnait, le guidait.
Mais cette rencontre, a déclenché en lui, une soif, un besoin, l’espoir de la retrouver.…
Cette fois à la fin Castalia décide de le prendre avec elle et de l’emmener dans les
profondeurs.

Fleury L'été

Fleury L'été

  • Dim. 28 nov. à 20 h 15
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Il y a plus de dix ans, à la demande de la Manufacture Chanson, j’ai commencé à animer des stages chanson à la maison d’arrêt de Fleury Mérogis ; je n’en parlais à personne. C’était normal de tenter de vivre en accord avec mes idées. Il n’y avait pas de quoi se vanter d’avoir enfin un bon alibi pour rester à Paris au mois d’août !
Au bout de quelques années m’est venue l’élan de communiquer ce que je vivais là, ce que j’avais reçu. Je me suis mise à écrire un peu, presque en cachette. Dix ans après cela donne une soixantaine de pages, publiées par Le Merle Moqueur (Le Temps des Cerises) au printemps 2020.
Comme il s’agit d’une rencontre musicale avec des stagiaires qui m’ont appris le rap autant que je leur ai appris le chant, une fois l’écriture achevée m’est venue l’envie de donner voix et musique à ce texte, à la Parole Errante d’Armand Gatti à Montreuil.
Après 4 disques de chansons de poètes en tant qu'interprète – dont 2 ont été soutenus par l’ADAMI et un a reçu un coup de cœur de l’académie Charles Cros - il était temps pour moi de revenir à une forme moins ‘chanson’ et plus ‘performance’ qui me permet de faire la synthèse entre cette forme chantée et une rythmique parfois plus rappée et surtout plus râpeuse, où la matière sonore prend corps.

Caligula

Caligula

  • Mer. 1er déc. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Caligula, prince relativement aimable jusque-là, s’aperçoit à la mort de Drusilla, sa sœur et sa maîtresse, que le monde tel qu’il va n’est pas satisfaisant. Dès lors, obsédé d’impossible, empoisonné de mépris et d’horreur, il tente d’exercer, par le meurtre et la perversion systématique de toutes les valeurs, une liberté dont il découvrira pour finir qu’elle n’est pas la bonne. Il récuse l’amitié et l’amour, la simple solidarité humaine, le bien et le mal. Il prend au mot ceux qui l’entourent, il les force à la logique, il nivelle tout autour de lui par la force de son refus et par la rage de destruction où l’entraîne sa passion de vivre.
Mais, si sa vérité est de se révolter contre le destin, son erreur est de nier les hommes. On ne peut tout détruire sans se détruire soi-même. C’est pourquoi Caligula dépeuple le monde autour de lui et, fidèle à sa logique, fait ce qu’il faut pour armer contre lui ceux qui finiront par le tuer. Caligula est l’histoire d’un suicide supérieur. C’est l’histoire de la plus humaine et de la plus tragique des erreurs. Infidèle à l’homme, par fidélité à lui-même, Caligula consent à mourir pour avoir compris qu’aucun être ne peut se sauver tout seul et qu’on ne peut être libre contre les autres hommes.

Albert Camus

Le Cartographe

Le Cartographe

  • Mer. 8 déc. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Varsovie‚ 1940 : avant que le ghetto ne soit complètement détruit‚ un vieil homme apprend son art de la cartographie à sa petite-fille. Varsovie‚ de nos jours : une femme se passionne pour cette histoire devenue une légende de guerre et part à la recherche de la carte. Peu à peu le passé et le présent se rejoignent : croisement des mémoires‚ des temps et des espaces.

Rendez-Vous

Rendez-Vous

  • Lun. 17 janv. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Attentes ou appréhensions, comment cela agit sur moi ? Sur toi ? Sur nous ?
Et toi, comment fais-tu, avec les rendez-vous ? Et nous ?
L’espace et le temps deviennent un terrain de jeu partagé où chacun.e peut jouer, parler, proposer, faire l’expérience ou l’observer. Qu'est-ce qu'on fait de ça ?
Comme une bouffée de vie, les désirs se révèlent, les pudeurs, les peurs, les imaginaires, chacun.e, et collectivement. Des corps en présence se rencontrent pour créer ensemble un ici et maintenant éphémère et unique, entre réel et fictionnel.
Toutes les langues sont les bienvenues : nul besoin de se comprendre pour se rencontrer.
Nous avons rendez-vous. Kommst Du?

Quartett

Quartett

  • Mar. 18 janv. 2022 à 20 h 30 au mer. 19 janv. 2022
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

C’est un jeu. De séduction et de massacre. De l’autre, de soi (et peut-être que ce n’est pas si différent que ça). Une tentative de trouver la langue de l’autre, le corps de l’autre. Le lieu de la cruauté et le lieu de désir. Hors des codes, hors des genres. Quelque part entre la backroom et le ring de boxe.

Valmont/ Merteuil, Les Liaisons dangereuses, Heiner Müller/Laclos, homme/ femme, Thomas Kellner/ Stan Briche, en français/ en allemand.
Stan ne parle pas un mot d'allemand mais il essaie quand même/ Thomas est bilingue.
lecorpslecorpslecorps/letexteletexteletexte
Théâtre/performance, moi/l'autre, rencontre des corps/distance critique, animal pulsionnel /citoyen raisonnable.
C'est un jeu/c'est pour de vrai, c'est écrit/c'est en impro, familier/étranger.
"le néant qui réclame sa pâtée"/"l'éternité comme érection perpétuelle"
La seule chose que l'on sait : quoi qu'il arrive, ils iront jusqu'au bout.

Marathon Faust Intégrale

Marathon Faust Intégrale

  • Ven. 21 janv. 2022 à 20 h 30
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Ce billet vous permet de venir dès vendredi 21 janvier à 20h30 et de rester autant que vous le souhaiter (sortir et revenir est possible).

Das Kollektiv Mahu aborde l'œuvre-fleuve de Goethe avec le dogme suivant :
- respect scrupuleux du texte dans son intégralité (Faust 1 et Faust 2- si peu joué :(pas de coupe, pas de ré-écriture
- distribution aléatoire : n'importe qui peut jouer n'importe quel rôle à n'importe quel moment
- multilinguisme (allemand, pour faire entendre le texte d'origine, français, et toute langue rencontrée en cours de route)
- improvisation : aucun déplacement, aucune intention n'est fixée
- costumes de cabaret : trop, c'est mieux !
- texte en main
- en cherchant l'humour du texte
C'est un travail sur l'écoute, le je-ne-sais-pas, pour garder confiance dans un climat de pertes de repère (toute ressemblance avec notre époque est évidemment purement fortuite).

Marathon Faust 2ème partie

Marathon Faust 2ème partie

  • Sam. 22 janv. de 7 h à 20 h 30
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Ce tarif vous permet de venir pour la deuxième partie de Faust à partir de 7h samedi 22 janvier et de rester autant que vous voulez. (sortir et revenir est possible).

Das Kollektiv Mahu aborde l'œuvre-fleuve de Goethe avec le dogme suivant :
- respect scrupuleux du texte dans son intégralité (Faust 1 et Faust 2- si peu joué :(pas de coupe, pas de ré-écriture
- distribution aléatoire : n'importe qui peut jouer n'importe quel rôle à n'importe quel moment
- multilinguisme (allemand, pour faire entendre le texte d'origine, français, et toute langue rencontrée en cours de route)
- improvisation : aucun déplacement, aucune intention n'est fixée
- costumes de cabaret : trop, c'est mieux !
- texte en main
- en cherchant l'humour du texte
C'est un travail sur l'écoute, le je-ne-sais-pas, pour garder confiance dans un climat de pertes de repère (toute ressemblance avec notre époque est évidemment purement fortuite).

Yalla !

Yalla !

  • Jeu. 27 janv. 2022 à 11 h au sam. 29 janv. 2022
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Ce texte a été un vrai coup de cœur, de mon point de vue, peu d'auteur.rices ont une écriture si poétique, tout en étant emprunt du réel. Yalla ! est à la fois, puissant, beau, tout en parlant du monde à travers un regard remplit de doute et de contradiction.

Bien que les deux personnages de cette histoire, aient leur point de vue, leur propre conviction, ils sont soudainement en proie en doute. Nous assistons à leur mutation, une mutation née de leur position, organique, physique. Tangible. L'un face à l'autre, dans une ultime position de combat. Ils vont se regarder. S'écouter, alors qu'ils ne se comprennent pas, ne s'entendent pas. C'est ce que je trouve puissant dans ce texte. Sonia Ristic réussi a nous faire entendre le chaos de l'âme, tout en posant une question, simple, d'aucun dirait naïve : Peut-on tirer sur celui qu'on a écouté ?

Parce qu'au fond, nous avons tous nos a priori, nos histoires, nous sommes tous le fruit d'une famille, d'une culture, dont il est souvent difficile de s'extraire ; c'est parfois le travail de toute une vie. Avec Yalla ! on touche à ce moment de grâce, de temps suspendu ou tout devient possible.

Deborah Banoun

Je vous écris dans le noir

Je vous écris dans le noir

  • Mer. 2 févr. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Andrée vit à Essaouira, elle est médecin. Mais elle ne s’appelle pas Andrée, elle s’appelle Pauline… Pauline Dubuisson.
« La Vérité » le film de Clouzot, inspiré de son histoire, l’a poussée à changer d’identité et à fuir la France pour échapper à son passé. Des années plus tôt on a requis contre elle la peine de mort pour un crime passionnel. « L’affaire Dubuisson», un fait-divers entre petite et grande histoire qui révèle
l’incroyable destin d’une femme mystérieuse et complexe qui se bat pour exister, aimer et être aimée.
A la manière d’un puzzle, entre l’univers solaire et sensuel d’Essaouira où tout lui semble possible à nouveau et les ombres de son passé, Pauline nous donne sa version de l’histoire. Une magnifique confidence qui nous nous permet d’entrer dans l’âme de Pauline, d’être au plus près de sa vérité intérieure et de vivre ses émotions.

Mea Culpa

Mea Culpa

  • Mer. 9 févr. à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Quand six sympathiques personnages excentriques se retrouvent après une longue crise, un simple regard suffit à basculer dans l’absurde et une profonde intimité. En musique ou avec grandiloquence, c’est l’occasion de faire un cocasse et, pour tout dire, bien étrange « coming out ».
De numéros en numéros et pour le seul plaisir de jouer enfin de nouveau avec les spectateurs, ils affirment désespérément le droit de respirer, s’émouvoir et tout simplement pleurer dans un monde parfois brutal. On y parle de larmes et de la beauté de ces moments d’égarement, d’émotion, de tristesse, si précieux, si vitaux.
Mea Culpa est un poème dans les mains de clowns et une ode à la fragilité. Un spectacle poétique de clowns fraîchement déconfinés, tendre et émouvant, drôle et mordant.

Les Jeux de Loïs

Les Jeux de Loïs

  • Mer. 16 févr. à 14 h + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Un dimanche après-midi, Lucas se retrouve coincé chez lui à cause de la pluie. Il transforme son salon en terrain de jeu pour nous embarquer dans d'autres espaces et d'autres temporalités. Entre ses contes farfelus, ses souvenirs réinventés et ses envies contradictoires, il se demande : Qui est Lucas ? Qui est-il réellement ? Il se perçoit comme une hydre, ce monstre à plusieurs têtes. Alors laquelle de ces têtes est réellement Lucas ? Il aimerait en avoir qu'une, mais laquelle choisir ? Avant de pouvoir répondre à cette question les têtes se transforment en personnage et l'entraînent tantôt dans des souvenirs de famille tantôt dans des histoires rocambolesques. Il est dans l'arrière-boutique d'une pharmacie, dans le patio de sa tante Angustias, chez Tota ou Cinamomo...

Ce spectacle est une adaptation du recueil de nouvelles de Julio Cortázar. Un recueil qui se trame autour d'un personnage, Lucas. Un personnage pluriel, une personne aux identités multiples qui pourrait être l'auteur lui-même ou chacun d'entre nous. Ce spectacle propose une forme de théâtre visuel et un texte d’auteur qui se nourrissent réciproquement. Une forme accessible à de jeunes spectateurs.

Attraction

Attraction

  • Mer. 9 mars 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Avril 2011 : une décharge de métal, quelque part en Ukraine. Michael participe au trafic d’objets contaminés de Tchernobyl. Il enfouit certaines pièces, il en revend d’autres au marché noir. C’est là qu’il est né, et après vingt ans passées à l’étranger, il a décidé de revenir malgré le danger des radiations.
Il n’a pas vraiment grandi durant toutes ces années, comme s’il avait manqué quelque chose à cet homme de 32 ans pour devenir un adulte. C’est cette chose qu’il est revenu chercher.
Son parcours initiatique va le plonger dans ses souvenirs d’enfancet et d’exil, sublimés par le prisme de son imagination. Au cours de son périple, il transformera ses rencontres en personnages fantasmagoriques, dans l’univers luxuriant et hostile de la « zone », pour comprendre enfin d’où il vient.
« Attraction » parce que tout commence dans une fête foraine dont les enfants de Pripiat ont été privés .
« Attraction » parce Michael sent le besoin irrépressible de retourner sur les lieux dont on a voulu le protéger à tout prix.
« Attraction » parce que l’horreur de la catastrophe continue de fasciner, comme l’atteste la présence de touristes dans la « zone », à la recherche du grand frisson.

La Campagne du roi Iota

La Campagne du roi Iota

  • Mer. 16 mars 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Au royaume de l’Ioti, c’est la descendance des Rois Iota qui gouverne depuis la nuit des temps et c’est comme cela. Un beau jour le peuple fait la révolution et destitue le Roi. Celui-ci accepte sans résistance, et avec le sourire… pour se présenter aussitôt aux élections présidentielles qui s’organisent ! Reprendra-t-il le pouvoir ? Dans sa quête absolue pour retrouver la tête de l’Etat, Iota se lance dans une campagne électorale délirante et sans scrupules. Il cherche par tous les moyens ce qui pourrait charmer l’électorat… Un conte poétique et politique sur le sens du mot « démocratie ».

Fragments Ex Nihilo

Fragments Ex Nihilo

  • Mer. 23 mars 2022 à 20 h 30 + autres dates

Fragmentation : façon dont fonctionne la psyché de quelqu’un après violence. Morcellement, éclatement, incapacité à créer une structure narrative, une temporalité...
Dans une société en perte de sens, six personnages au bord de la bascule, oscillent entre traumatisme et résilience. Une introspection à travers l’intime et la mémoire universelle, mis en résonance avec un récit d’Auschwitz transmis par Romy Honig, la grand-mère de l’autrice –
L’héritage d’une mémoire vive, et d’un espoir jamais éteint, comme une ode à l’être humain et à sa merveilleuse capacité d’autodérision et de reconstruction.

Allers-Retours

Allers-Retours

  • Mer. 6 avril 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

Il était une fois un pont jeté entre deux pays. Sur ce pont, un ex-droguiste, Havlicek, expulsé d’un côté de la rive, pour cause de faillite, et refusé de l’autre, faute de papiers en règle. Contraint de faire des allers-retours sur ce triste morceau de bois, entre deux postes de douane, il rencontre de truculents personnages et bouleverse la vie locale. Lors de ce ping-pong humain, il rencontre Szamek et Mrschitska, deux douaniers aigris au léger penchant pour le rhum ; Eve, fille rebelle de Szamek, folle d’amour pour Constantin, le jeune douanier prometteur de l’autre rive ; Mme Hanusch, une cheffe de la poste en faillite à la recherche d’un homme pour divertir les clients ; un précepteur et sa femme qui pêchent mais n’attrapent jamais rien. Après l’arrestation de dangereux contrebandiers et une rencontre rocambolesque avec un premier ministre en mission secrète, Havlicek obtient un petit pécule et un laisser-passer vers ce pays qu’il ne connaît et vers une cheffe de la poste qu’il aimerait bien connaître.

Noémie et Soraya (partie 1)

Noémie et Soraya (partie 1)

  • Mer. 4 mai 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

ATTENTION : il s'agit de la page de réservation de la partie 1/3. Si vous désirez réserver une place pour chaque partie, sélectionnez l'offre pour l'intégrale parmi les tarifs (plein ou réduit) afin d'obtenir un tarif préférentiel.

Léa habite Cité numéro 7, une gigantesque Ville-État située sur un vaste territoire qui jadis était la France. Depuis l'avènement fulgurant de l'animisme et grâce au progrès perpétuel de la science, les nouveau-nés sont hybridés avec leur animal totem ; Léa est donc une petite fille lapine, tout comme sa sœur Noémie, à peine plus jeune et passionnée par les arts interdits. Quand cette dernière disparaît brutalement lors d'un incident inénarrable, quelque chose chez Léa s'éteint, et elle s'enfonce inexorablement dans l'apathie, puis le désespoir. Seule survivante officielle du terrible accident qui lui a pris sa sœur et a développé chez elle une peur panique de l'obscurité, de la forêt et des robots, Léa grandit sans y réfléchir et vit sans y penser. Son existence est toutefois bouleversée, quelques années plus tard, par l'arrivée fracassante d'Andésine, une agente de la Police du Réel qui s'avère plus tard en être la Directrice et de Carl, son fidèle assistant au physique assez déstabilisant. Chargée de surveiller l'art, les drogues et toutes les autres formes de divertissements qui éloignent la population du Travail, de l'Utile ou de la Foi, la Police du Réel trouve en Léa une recrue au talent non négligeable ; et Andésine aperçoit en elle le fragment d'une promesse, l'étincelle d'un sentiment inconnu, la possibilité de la joie.

Noémie et Soraya (partie 2)

Noémie et Soraya (partie 2)

  • Jeu. 5 mai 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

ATTENTION : il s'agit de la page de réservation de la partie 2/3. Si vous désirez réserver une place pour chaque partie, sélectionnez l'offre pour l'intégrale parmi les tarifs (plein ou réduit) afin d'obtenir un tarif préférentiel.

Léa habite Cité numéro 7, une gigantesque Ville-État située sur un vaste territoire qui jadis était la France. Depuis l'avènement fulgurant de l'animisme et grâce au progrès perpétuel de la science, les nouveau-nés sont hybridés avec leur animal totem ; Léa est donc une petite fille lapine, tout comme sa sœur Noémie, à peine plus jeune et passionnée par les arts interdits. Quand cette dernière disparaît brutalement lors d'un incident inénarrable, quelque chose chez Léa s'éteint, et elle s'enfonce inexorablement dans l'apathie, puis le désespoir. Seule survivante officielle du terrible accident qui lui a pris sa sœur et a développé chez elle une peur panique de l'obscurité, de la forêt et des robots, Léa grandit sans y réfléchir et vit sans y penser. Son existence est toutefois bouleversée, quelques années plus tard, par l'arrivée fracassante d'Andésine, une agente de la Police du Réel qui s'avère plus tard en être la Directrice et de Carl, son fidèle assistant au physique assez déstabilisant. Chargée de surveiller l'art, les drogues et toutes les autres formes de divertissements qui éloignent la population du Travail, de l'Utile ou de la Foi, la Police du Réel trouve en Léa une recrue au talent non négligeable ; et Andésine aperçoit en elle le fragment d'une promesse, l'étincelle d'un sentiment inconnu, la possibilité de la joie.

Noémie et Soraya (partie 3)

Noémie et Soraya (partie 3)

  • Ven. 6 mai 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

ATTENTION : il s'agit de la page de réservation de la partie 3/3. Si vous désirez réserver une place pour chaque partie, sélectionnez l'offre pour l'intégrale parmi les tarifs (plein ou réduit) afin d'obtenir un tarif préférentiel.

Léa habite Cité numéro 7, une gigantesque Ville-État située sur un vaste territoire qui jadis était la France. Depuis l'avènement fulgurant de l'animisme et grâce au progrès perpétuel de la science, les nouveau-nés sont hybridés avec leur animal totem ; Léa est donc une petite fille lapine, tout comme sa sœur Noémie, à peine plus jeune et passionnée par les arts interdits. Quand cette dernière disparaît brutalement lors d'un incident inénarrable, quelque chose chez Léa s'éteint, et elle s'enfonce inexorablement dans l'apathie, puis le désespoir. Seule survivante officielle du terrible accident qui lui a pris sa sœur et a développé chez elle une peur panique de l'obscurité, de la forêt et des robots, Léa grandit sans y réfléchir et vit sans y penser. Son existence est toutefois bouleversée, quelques années plus tard, par l'arrivée fracassante d'Andésine, une agente de la Police du Réel qui s'avère plus tard en être la Directrice et de Carl, son fidèle assistant au physique assez déstabilisant. Chargée de surveiller l'art, les drogues et toutes les autres formes de divertissements qui éloignent la population du Travail, de l'Utile ou de la Foi, la Police du Réel trouve en Léa une recrue au talent non négligeable ; et Andésine aperçoit en elle le fragment d'une promesse, l'étincelle d'un sentiment inconnu, la possibilité de la joie.

Si Ce n'est toi

Si Ce n'est toi

  • Mer. 18 mai 2022 à 20 h 30 + autres dates
  • Théâtre de l'Opprimé - Paris-12E-Arrondissement

« Certaines prophéties ne sont pas faites afin qu’elles se réalisent, mais bien afin qu’elles ne se réalisent pas, tout comme si on voulait les conjurer. Des prophètes de cette sorte raillent l’avenir en lui prédisant ce qu’il sera, pour qu’il ait honte de prendre vraiment telle figure ».
Thomas Mann, la montagne magique

Le 18 juillet 2077. Une société hyper répressive, où le passé individuel et collectif a été aboli. Une société amnésique.

Sous l’empire de cette société totalitaire, un homme et une femme: Jams et Sara. Jams est policier. Sara, elle, entend frapper à la porte mais personne n’est là. Puis vient Grit, l’homme du monde de l’autre côté, qui apporte la transgression.

S’en suit un mélange de farce et de tragique où le rapport des personnages aux objets est aussi celui de leur asservissement. La photo parce qu’elle est interdite, la table et les chaises parce qu’elles sont le seul mobilier autorisé, sont des objets surinvestis par les personnages, en même temps qu’ils sont l’ordre totalitaire. Cet ordre bousculé, renversé par Grit, Jams bascule dans la tentative frénétique de le rétablir, tandis que Sara…